Vouloir pouvoir sans pouvoir. J'en veux

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/


2012-06-07-le-pouvoir-est-par-nature-criminelLe pouvoir.


Que de larmes et de sang ont coulé au nom de cette force au-dessus de toutes volontés humaines.


De tout temps la course au pouvoir a été, et est toujours, la préoccupation de ceux qui veulent arriver à des fins diverses ou des objectifs bien précis.


Rares sont ceux qui sont légitimes et partagés, le pouvoir donne d'abord satisfaction à ceux qui l'acquièrent.


Avant toutes choses il faut vouloir le pouvoir afin de pouvoir, non pas vouloir mais satisfaire par un acquit légitime le but personnel fixé c'est ce que détermine l'acte du suffrage universel.


La course au pouvoir est donc le chemin obligé pour avoir l'aval d'une population, souvent crédule, qui pense que le meilleur est forcément celui qu'elle désigne en considérant les autres comme des parias quelquefois malfaisants. (FN & Front de Gauche)


Partant du principe qu'un homme (Ou femme) politique (Du moins les actuels(les)) assoit sa demande de légitimité sur des aspirations personnelles, il a des chances d'être partiellement entendu par une partie du peuple, forcément minoritaire, sachant que le suffrage à la majorité absolue est un leurre qui ne sert que ceux qui sont suffisamment avides de "vouloir" pour remuer les masses.


Si le scrutin proportionnel était appliqué le paysage politique français s'en trouverait bouleversé, le Parti Communiste aurait gagné les élections dans le milieu du XXème siècle et d'autres après à condition que ce précédent n'ait pas confisqué tous les pouvoirs à son profit comme ce fut le cas dans tous les pays à obédience communiste, ce qui subsiste encore dans quelques-uns sous l'appellation régime "tyrannique totalitaire". (Corée du Nord entre autres)


Fort heureusement nous n'en sommes pas encore là bien que le fonctionnement actuel se soit très largement écarté d'un régime "populaire" appelé démocratie.


360-star-wars-le-pouvoir-de-la-force-2-jeuLe pouvoir de la force.


La force d'un pays c'est son peuple et ses capacités à fonctionner de façon autonome (Ce qui s'éloigne à grand pas avec l'Europe)


La force d'un candidat aux élections, quelles qu'elles soient, c'est d'avoir suffisamment de crédibilité pour assoir une légitimité, c'est à dire avoir des arguments, souvent artificiels, qui laissent croire qu'il est crédible. 


C'est toute la subtilité des hommes politiques et un des fondements de l'ENA.


DSCN8819A Briançon nous avons ce même fonctionnement.


Trois tendances, peut-être quatre (je ne sais si j'ai été remplacé), ayant chacune un candidat et une bonne raison de vouloir persuader la population locale que c'est le meilleur et qu'il est dans l'intérêt de tous de voter pour lui. (A condition de ne pas se cantoner qu'à 56 % de votant, ce qui est un peu lamentable pour une élection de cette importance (Briançon 2009))


Pas de femme candidate à Briançon, la hauteur ne permet pas à la parité de s'élever jusqu'au hautes sphères communales. (En dehors de Mme Estachy en 2009, j'en connais pourtant d'autres qui elles sont très capables)


La tendance PS représentée par le maire actuel en place et qui nous prouve, ces dernières semaines, qu'en à peine quelques mois il peut faire ce qu'il a été incapable de mettre en application en quatre ans.


Avec force preuves à l'appui on nous fait un tableau idyllique de travaux mis en oeuvre pour confirmer ce soudain attrait visant à satisfaire une population locale. Ou plutôt caresser le chat dans le sens du poil.


En y regardant de plus près on réalise que ces travaux, portés aux nues comme un exploit municipal, ne sont en fait que des retards d'exécution de ce qui découle d'une logique d'entretient gravement négligé ces dix dernières années.


Le juste retour d'impôts locaux très excessifs qu'on essaye donc de faire passer "bien utilisés" dans une frénésie tardive de réalisations, certaines indispensables, d'autres secondaires et d'autres enfin qui ne nécessitaient ni urgence ni exécution tenu compte de l'état des finances de la ville.


Il y a six mois il n'y avait pas un centime pour fleurir la ville et planter trois arbres place Eberlé, subitement les finances se sont trouvés tellement excédentaires que la municipalité ouvre chantier sur chantier supposés financés par des mécènes qui réalisent subitement que Briançon existe.


Ne pouvant attirer des entreprises de poids compte tenu de la situation géographique de la ville, on "met le paquet" sur les commerces nouveaux et le tourisme sans se soucier de ce qui existe déjà au grand "dam" des commerçants et artisans locaux qui se voient concurrencés par l'extérieur moins cher.


DSCN8879Beaucoup et pas grand chose.


C'est le gros oeuvre qui prend du temps, pressentant que l'hiver ne sera pas très neigeux cette année (Comme celui de 2006/2007) il est probable que ces travaux continueront sans trop d'interruptions.


Il est probable aussi qu'un changement de municipalité révèlerait des combines de financement mettant en péril supplémentaire les finances de Briançon déjà dans le rouge écarlate.


L'intérêt de la municipalité actuelle est de rester en place pour camoufler ces déficiences et pour continuer des travaux commencés justement hâtivement pour prétexter un maintien.


L'avenir proche me donnera raison.


La tendance UMP est toute autre, le comportement de ce parti à Briançon ressemble étrangement au comportement de ses chefs de file au niveau national.


La guerre des chefs briançonnais (Ou des potentiels chefs) s'est terminée par la défection, du parti, d'un des membres écoeuré, ayant ouvert les yeux à temps, par le comportement des têtes de ce parti politique qui se cherche un nouveau souffle.


Ou, savoir se débarrasser de ce qui ne sert plus.


Là c'est flagrant, le parachute qui remue ciel et terre pour prouver aux briançonnais que sans lui c'est la fin du monde démontre bien la recherche de vouloir pour avoir le pouvoir de faire ce qu'il lui aura été dicté par les hautes instances de l'UMP.


Ne pas se leurrer, tous ceux qui représentent un parti politique doivent se plier à des obligations restant dans le moule de ces partis, il ne faut pas faire une politique municipale pure, il faut faire une politique de parti qui laisse entrevoir un fonctionnement autarcique d'une communauté dite.


Même si ce n'est pas vrai ça rassure et pour peu qu'on se balade en ville à grand renfort de poignées de mains et de sourires de circonstance on a déjà acquit une partie de l'électorat, surtout celui qui ne comprend rien à la politique (Municipale ou nationale) et qu'on peut influencer avec quelques belles promesses sorties des tiroirs électoraux.


Et puis quoi de mieux qu'un ancien Premier Ministre en visite dans une ville dont il se fout royalement, pour quelques heures, histoire de montrer à la population locale que le petit poulain a fait ses dents et qu'il est prêt à mordre mais pas n'importe quoi, ce qu'on a déjà détecté.


J'espère simplement que les gens se souviendront de ces deux trublions politiques UMP qui ont laminés leur parti par des séances querelleuses de maternelle pendant plusieurs mois.


Si c'est çà la future politique briançonnaise ça promet des lendemains encore plus difficiles.


Pourquoi Mr Copé ne vient-il pas faire le joli coeur dans notre ville au côté de sa nouvelle conquête de campagne électorale ?


Parce que montrer qu'on se raccommode pour quelques semaines c'est une chose mais de là à aller "rouler" une pelle à celui qu'on a trahi ça fait deux, on en verra l'apothéose pour les élections présidentielles de 2017, je doute fort que Mrs Copé-Fillon fassent preuve des mêmes amours.


Bref, vous voilà prévenus et surtout prenez des billets à la permanence de Mr Murgiat pour espérer avoir une petite place parmi la masse compacte de sympathisants soigneusement choisis qui essaieront de démontrer que jamais à Briançon un candidat aussi obscur n'a attiré autant de monde.


Il faut dire que si Mr Fillon n'a été qu'une étoile voilée par l'éclat virulent du soleil sarkosyste il a aussi démontré ce qu'il était incapable de faire pour avoir la place de premier à la tête de l'UMP, Mr copé, son copain d'un moment, ne lui a pas dévoilé ses ficelles de la fraude, payante puisque malgré cette fraude et sa reconnaissance nationale il est toujours à la tête de l'UMP, comme quoi chez les "truants" ce sont toujours ceux qui ont le plus de culot qui gagnent.


Mr Fillon lui a humblement demandé pardon sur promesse de refaire des élections pour savoir s'il faut revoter pour avoir la possibilité d'avoir le feu vert pour faire des élections primaires nouvelles, qui vont peut-être encore couter cher aux sympathisants UMP ces derniers n'étant pas à ça près, quand on renfloue en quelques jours 11 millions d'Euros pour payer la campagne "frauduleuse" du candidat à la présidentielle (Frauduleuse puisque les dépenses ont été invalidées) on ne regarde pas à quelques centaines de milliers d'Euros pour de si puériles décisions.


Alors là, oui, Mr Murgiat, parachute officiel de l'équipe de France UMP, fait la course au vouloir parce que je doute fort qu'il puisse pouvoir quelque chose à Briançon sauf avoir une baguette magique pour effacer les dettes en augmentation chronique.


S'il passe, il y aura à Briançon des forts rénovés inscrit dans la chaine "Relais et Château" qui attireront des touristes aisées qui ne financeront que ceux qui en tirent profit, c'est à dire tous ces aristocrates nantis en excluant soigneusement la population locale qui aura des dettes en plus et des infrastructures indispensables en moins.


Pour le Front de neige pas de pot, Mr Fillon, à l'instar de Mr Rocard, se contentera de la neige des canons à défaut de la réelle qui va certainement faire défaut cette année.


Si les éléphant du PS n'ont pas réussi à passer les alpes malgré le manque de neige en 1992 les veaux et les boeufs de l'UMP pourront brouter l'herbe du prorel pour peu qu'il ne gèle pas trop fort.


Mesdames et messieurs les amateurs de photographies insolites sont invités, jeudi 12 décembre 2013, à faire un beau reportage sur les ruminants de haute montagne, ceux-là ne donneront pas le fromage qu'ils préfèrent garder pour eux, le pognon des autres si c'est utile pour soi il n'est pas indispensable pour ceux qui le donnent.


La course au vouloir briançonnais est ouverte.


DSCN8878Le fort des Salettes.


Face au futur front de neige de "droite" (Le PS n'a pas osé avancer cette idée ou alors je n'en ai pas eut connaissance) que semblent vouloir élaborer l'autre candidat aux élections municipales.


Sous toutes réserves cependant, pour le moment il ne s'agit que d'un projet sur papier non officiel, quand un de ces candidats aura les clefs de la ville (S'il les a) il va vite se rendre compte que les finances de cette dernière ne peuvent assumer les prouesses de campagne électorales sauf à faire quelques dettes de plus, à Briançon on n'est plus à çà près.


Pour le moment les programmes sont inconnus de façon officielle et définitive, il est encore un peu tôt.


D'ailleurs Alpes 1 ne s'y est pas trompé puisque ces gens radiophoniques semblent n'avoir retenu que l'absence supposée du mien, juste une question de cible et de couleur.


En fait, comme me le disent mes amis, nombreux, le boulevard municipal est ouvert au PS pour garder les clefs de la ville six ans de plus, ce qu'attendent les briançonnais ce n'est pas çà, loin s'en faut mais entre écouter les "cloches" des hautes instances et satisfaire la grogne qu'on n'entend pas des intéressés il faut choisir.


L'élan pris par le parachute visant nettement plus haut qu'un simple mandat municipal il vaut mieux "sucer" ceux qui tiennent les rennes du pouvoir de droite que s'abaisser au niveau du peuple duquel pourtant il va chercher les voix.


Pour en revenir à l'autre candidat sans étiquette (Mr Gryzka donc) il semble le plus à même de pouvoir administrer une ville qu'il connait bien avec des gens qu'il connait bien aussi.


La médisance avançant qu'il ne s'est entouré que de "vieux" cette même médisance avance aussi que le parachute s'entoure des "vieilles élites" de la ville, ceux qui nous ont prouvé depuis des années qu'ils étaient incapables de faire mieux que ceux qu'ils dénigrent, certains dans l'opposition officielle actuelle et bien connus des briançonnais.


Que peuvent-ils donc ces candidats, autre que de proposer du nouveau (Pas tant que ça d'ailleurs) pour se démarquer de la routine.


Depuis l'avènement du PS à la tête de la municipalité je n'ai pas beaucoup entendu (Sauf ces derniers temps mais élections obligent) de responsables se pencher sur les problèmes chroniques de Briançon autres que les urgences indispensables.


On ne peut que si on se donne les moyens de pouvoir, c'est à dire avoir un vrai pouvoir s'exonérant du vouloir de certains qui aimeraient bien avoir le pouvoir en mettant la ville dans l'escarcelle de l'UMP, elle y est d'ailleurs déjà allée on a vu ce que ça a donné.


Ces concours d'innovations ressemblent à une bataille entre gens avides de vouloir à défaut de pouvoir, s'ils pouvaient, ça se saurait et ça se verrait.


En matière de bataille je ferai une page spéciale dans les tous prochains jours.


Des vrais batailles, celles qui ont fait la France même si c'est discutable par certains.


Je lis actuellement un livre "Nos Ancêtres les Gaulois et Autres Fadaises" de François Reynaert, éditions "Fayard".


Ouvrage intéressant, révélateur de certains préjugés (Pas spécialement ignorés d'ailleurs) mais occultant le plus important, ce qui a amené à considérer la France comme nation souveraine.


C'est dommage mais ce livre est très orienté politique "anarchiste" laissant entendre que "tout le monde il est beau tout le monde il est gentil".


Ne voulant pas mourir idiot je le "boirais" jusqu'à la lie.


Bonne soirée et à bientôt.         

               

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Commenter cet article