Space travel with me

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

follow me

systeme-solaire-1-.jpgNe cherchez-pas ce n'est pas à l'échelle. 

Fort heureusement d'ailleurs, nous aurions "chaud aux plumes".

Je vais continuer en français, mon anglais est très rudimentaire.

Dans ma page précédente je précisais que je partais très loin, si vous voulez me suivre !

Un voyage au soleil, pas aux Baléares ni à Katmandou mais plus près du soleil.

J'hésitais entre commencer au plus loin ou au plus près.

Première destination vers Mercure.

Traineau Père NoëlJ'envisageais ce transport.

Ecologique et de circonstance en ces périodes.

Très gentiment le Père Noël m'a fait comprendre qu'une charge supplémentaire le ralentirait, soucieux du bonheur des enfants je n'ai pas insisté.

J'ai donc choisi un moyen plus classique mais nettement plus cher.

Navette spacialeMa voiture n'y survivrait pas.

J'ai donc fait appel à des spécialistes.

Attachez vos ceintures.

mercure0A l'approche.

Après un voyage nettement plus court que ne laisse envisager le trajet de 90 millions de kilomètres qui la sépare de la terre, soit le trajet le plus court puisque l'orbite elliptique de cette planète varie considérablement, au plus loin elle est à plus de 210 millions de kilomètres mais de l'autre côté du soleil.

C'est, sensiblement, la couleur la plus approchante de cette planète, les clichés de l'appareil (Ce n'est pas le mien, il n'y survivrait pas) étant multiples et réunis en un seul par montage informatique.

Mercure 1Jour / nuit.

Mercure est une planète qu'on peut comparer à un four et à un congélateur mis dos à dos, les températures de surface sont de l'ordre de - 180 ° à plus de 420 ° selon que l'on se trouve face au soleil ou au plus profond de la nuit.

L'absence d'atmosphère ne régule pas ces différences, cette planète est soumise à des variations brutales de température qui interdisent toute formation atmosphérique.

C'est une planète tellurique comme la terre, elle possède un noyau en fusion énorme en comparaison de sa taille extérieure.

mer4Sa proximité avec le soleil.

En moyenne de 58 millions de kilomètres (Variant de 46 à 70 millions suivant l'ellipse), soit pratiquement un tiers de la distance Terre - Soleil (Moyenne de 150 millions de kilomètres) ce qui lui fait passer des heures très chaudes.

Ou plutôt des jours terrestres, Mercure tournant sur elle-même en 59 jours terrestres et faisant le tour du soleil en 88 jours terrestres, valeurs que je conserverais tout au long des pages consacrées à mon voyage.

En fait la presque impossibilité de se refroidir comme le font les autres planètes telluriques ne possédant pas de satellite. (Nous verrons pourquoi plus loin ou dans une autre page)

Elle récupère le jour ce qu'elle évacue la nuit, soit environ 29 jours pour chaque période.

Pour apercevoir Mercure de la terre, à l'oeil nu, il faut être matinal et consulter les mesures astronomiques pour connaitre son emplacement à une date bien précise ?

Choisir une orbite à son apogée et observer, aux aurores, le petit point blanc juste avant le lever du soleil. 

Pour cela il faut habiter en plaine, sans colline ni montagne.

Le mieux c'est d'aller à quelques kilomètres de la côte, en mer.

Créée il y a environ cinq milliards d'années en même temps que le système solaire, Mercure est une planète tourmentée ayant subi un bombardement intensif de météorites durant les premiers deux milliards d'années de sa formation.

Le soleil attirant ces corps célestes en très grand nombre, de plus en plus concentrés à mesure qu'on s'en approche.

Cette période est quasi terminée, les objets célestes à la dérive, à l'heure actuelle, étant trop éloignés et faisant l'objet d'une force contre-gravitationnelle de par leur mouvement contrant l'attraction universelle.

Les météorites faisant une approche du soleil périodiquement, les plus gros prenant le nom de comètes quand ils s'approchent du soleil, seule période durant laquelle ils "s'allument", du moins période où les vents solaires les contraignent à se désagréger partiellement en leur créant une traine qui dépasse souvent un million de kilomètres.

En finalité ces comètes finiront par se désagréger totalement près du soleil ou entreront en collision avec une planète tellurique proche du soleil, Mercure, Vénus, la Terre ou Mars.

A l'instar de la Lune Mercure a donc été un piège à météorites.

Son diamètre de 4880 kilomètres est presque trois fois inférieur à celui de la terre mais, paradoxalement, sa gravité est exceptionnellement élevée vu sa taille.

L'importance de son noyau en est responsable.

Elle est pratiquement sphérique du fait de sa lenteur de rotation qui rend nulle la force centrifuge ovalisant les autres planètes telluriques. Rien d'autre à ajouter sur cet astre "cuit" à point qui ne soit dans toutes les revues scientifiques et Internet, dont je m'inspire quand j'ai des lacunes.

Bon, allons nous rafraichir un peu plus loin.

Venuspioneeruv.jpgVénus.

A 108 millions de kilomètres du soleil, soit environ 42 millions de kilomètre de la terre sur une orbite de 680 millions de kilomètres effectués en 225 jours.

Pour évaluer ces distances il faut considérer l'orbite d'une planète autour du soleil, de ce fait quand j'émets une distance ce n'est pas celle de l'astre en elle-même, c'est l'orbite de cet astre, pour mieux assimiler le principe de distance.

Ces dernières étant en perpétuel changement considérant les déplacements de chacune des planètes par rapport aux autres.

La plus connue des planètes puisque bien visible de la terre, souvent considérée comme une étoile mais, pour qui regarde bien, la nuit, sans pollution (En montagne) on réalise rapidement que c'est un globe suspendu dans l'espace.

C'est aussi la planète qui est la plus présente dans notre ciel, sa place dans le système solaire est privilégiée nous concernant, le fait d'être une planète "intérieure" suffisamment éloignée du soleil permet les meilleures observations.

Une planète intérieure est inclue dans la circonférence orbitale de la terre, il n'y en a que deux.

venus1Sur ce cliché.

On devine bien la rotondité de l'astre, la ligne médiane qui sépare le jour de la nuit, sur Vénus, est très visible. (A gauche sous la Lune)

DSCN8639-rectifiee.JPGVénus vue par moi.

C'est un cliché que j'ai fait le 31 octobre 2011, pas très net mais mon appareil a ses limites, toutefois on peut déjà se rendre compte de la différence entre la surface de l'astre, à droite de la photo (Liséré vert clair, luminescence de l'atmosphère de Vénus) et la limite jour/nuit à gauche, comme pour la Lune.

J'avais un télescope il y a quelques années, il m'a été volé et en racheter un n'est pas une priorité. Lorsque sera venu ce moment j'en achèterais un autre très sophistiqué pouvant adapter mon appareil photos que je compte aussi remplacer mais à près de 3000 € les deux appareils je vais attendre des jours plus fastes.

venus2L'atmosphère de Vénus.

Epais d'environ 45 kilomètres il est beaucoup plus dense que le nôtre, le dioxyde de carbone et l'azote étant deux des composants majoritaire, le premier à plus de 75 %.

C'est aussi ce qui dilue la frontière jour-nuit très perceptible sur ce cliché.

Toutes vies organiques en sont exclues, si des micro-organismes peuvent exister ce ne sont, dans ce cas, que des embryons de forme de vie chimique.

Certainement, à mon avis, les reliquats de ce que fut la vie sur cette planète par le passé, non une forme de vie évolutive mais plutôt une forme de vie en fin d'extinction.

Cet avis n'appartient qu'à moi, il n'y a aucune donnée scientifique appuyant cette thèse si même il y en aurait eu d'effectuées en ce sens.

C'est aussi une planète tourmentée, l'activité de l'astre semble plus en phase terminale qu'évolutive (Toujours selon mon propre avis) les clichés radars enregistrés laisse penser à ce sens de l'évolution de l'astre.

La densité et la composition de l'atmosphère interdit toutes photos de la surface, les élements disponibles ont été réalisés par ordinateur à partir de données radar.

veLa surface de Vénus en fausses couleurs.

Est très montagneuse, cette planète tellurique est encore très chaude dû notamment aux mouvements magmatiques internes.

Le manteau est très épais et la chaleur s'échappe difficilement de cette planète plongée dans les quasi-ténèbres, l'atmosphère rendant pratiquement nul le rayonnement solaire à la surface.

Par contre ce rayonnement solaire est irradiant à près de 80 % à la surface de l'atmosphère, raison pour laquelle cette planète est la plus brillante dans le vide stellaire.

ve5Montagne vénusienne.

D'origine volcanique ces monts sont très nombreux sur mars (Les reliefs de la photo informatique sont très exagérés) beaucoup dépassent 200 kilomètres de diamètre pour une hauteur oscillant entre 8 et douze kilomètres.

Ils seraient tous éteints mais l'exploration de cette planète inapprochable ne laisse que des conjonctures, rien ne peut justifier l'exactitude des données actuelles.

La température de surface de la planète est d'environ 460°, sur la totalité de la surface, l'épaisseur de l'atmosphère interdisant tout refroidissement durant la nuit vénusienne qui dure environ deux mois terrestres de la même façon pour le jour.

C'est l'effet de serre qui entrave le refroidissement de cette planète, effet de serre qui s'auto alimente.

Qui plus est Vénus à un sens de rotation inverse à celui des autres planètes, elle tourne très lentement sur elle-même faisant le tour du soleil en 225 jours sur environ 680 millions de kilomètres.

Soit plus de 4,5 UA (Unité Astronomique calculé sur la distance Terre - Soleil)

ve8Cratères d'impacts.

Très caractéristiques, ces cratères formés par les impacts de météorites durant le début de la création du système solaire sont les mêmes que ceux de mercure ou la Lune. 

Cependant, la nature du socle rocheux de la planète en a fait des cratères plus étalés sur leurs pourtours.

Ne pas oublier qu'au moment de la formation du système solaire les planètes telluriques étaient toutes en fusion, fonction de leur gravité et de l'état de refroidissement de leur manteau les impacts météoriques ont laissé des vestiges un peu différents.

L'ilot central est le rebond du sol au moment de la collision.

Vénus a sensiblement la même taille que la terre, elle possède un noyau ferreux, la gravité de vénus est à peu près 90 % de celle de la terre.

A l'instar de Mercure Vénus est totalement inhabitable, ne le sera jamais d'autant que le soleil a tendance à augmenter de volume et de température. (Rassurez-vous c'est infinitésimal à notre échelle)

Elle a, avec Mercure, focalisée la majeure partie des bombardements météoriques.

Allez, on repart.

Destination la Terre, non, la Lune puisque je réserve la terre à ma dernière page de cette série.

Pour aujourd'hui ce sera tout, ma prochaine page ne paraitra que dans une semaine, je rentre à l'hôpital demain pour me faire opérer de la colonne vertébrale, donc indisponible un certain temps.

Bonne fêtes à tous.

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Commenter cet article

salabelle michel 19/12/2012 20:09


Bonsoir, à mon tour, je vous souhaite de bonne fêtes de fin d'année et, vous souhaite de revenir bien vite parmi nous.


à bientôt de vous lire.Salutations.

francois.ihuel15.over-blog.fr 25/12/2012 15:00



Merci de vos voeux.