Politique familiale intelligente

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

caf-caisse-allocations-familialesQui ne connait ce logo.

Institution nationale d'utilité publique, certainement l'institution française qui attise le plus de convoitises chez nos voisins d'Europe, et surtout d'ailleurs, par la souplesse de son obtention.

C'est certainement le plus important motif d'immigration massive avec la couverture maladie même si certains le dénient.

La presque totalité des pays qui versent des prestations familiales le font sous conditions de ressources, en France qu'un salarié ou un couple gagne 1 500 Euros par mois ou 10 000 échappe à ce juste calcul.

Tout le monde se sera rendu compte que je ne penche pas vraiment sur la politique du Parti Socialiste telle que ce dernier l'applique et qui semble n'en avoir que le nom.

Toutefois tout n'est pas négatif, je déplore que ces gens aient souvent des idées inexploitables, utopiques aux vues des conséquences financières ou sortant du cadre social pur tel qu'il devrait l'être.

La gauche n'a pas le monopole du social ni celui du partage.

Le grand sujet de ces derniers temps c'est précisément l'opportunité d'octroyer les allocations familiales calculées non sur un quotient familial mais sur le nombre d'enfants.

Sur un forum j'ai répondu ceci:

La notion de famille ne s'attache pas spécifiquement à une catégorie sociale démunie et "pleurant" sans cesse pour avoir des aides. Une famille de trois enfants ayant 5 ou 6000 Euros de revenus ne doit pas voir les fins de mois de la même façon qu'une famille identique n'ayant que deux "SMIC", voir qu'un seul. Ce sujet est sensible, je ne suis pas socialiste partisan, loin s'en faut, mais je dois reconnaitre que cette mesure rentre parfaitement dans le cadre du partage. Avancer la valeur fondamentale de la famille pour maintenir des prestations qui ne servent qu'à augmenter un certain confort chez ceux qui sont "aisés" est un paradoxe. Avec 2000 Euros, sans les allocations on ne vit pas. Avec 5000 Euros on fini les fins de mois sans problème. La notion de partage et de solidarité s'estompe dès qu'on commence à parler de partage.

Il semblerait que peu semblent prêt à faire le pas. J'approuve cette mesure.         

Ça ne répond pas spécifiquement à des donnés discutables mais ça reflète ce que ceux qui en ont besoin pensent de ceux qui n'en ont pas besoin.

C'est un peu comme si un cadre de la fonction publique gagnant 3500 Euros allait chercher de la nourriture aux "Resto du Coeur".

La politique familiale est une politique de partage, donc rentrant effectivement dans un cadre social bien précis et juste.

Je connais des gens "à l'aise" qui s'insurgent sur la diminution, voir la suppression dans certains cas, des allocations familiales liées au nombre d'enfants, ces gens que je connais bien fleurtent avec des revenus mensuels compris entre 4 500 et 7 000 Euros par mois.

caf-caisse-allocations-familiales Riches et pauvresCliché ! (Photo Internet, années 1960)

Cliché pourtant bien réel, la notion de patrie n'est pas exactement synonyme de partage, dans le mot patrie, maintenant, on y voit plus une appartenance à un pays qu'à l'unité fondamentale qui fait cette patrie.

Au fil du temps les mots et termes dévient de leurs origines, de considérer patriote un citoyen sur le seul critère d'appartenance est une erreur. 

La citoyenneté est étroitement liée à la société d'ou "social" et ce qui est sensé y être intégré.

Cette photo, bien qu'ancienne n'est pas surfaite, ce particularisme d'appartenance à une couche sociale dite existe toujours, c'est aussi ce qui est une des causes de problèmes dans les milieux scolaires, surtout collégiens. (Ecoles publiques, s'entend)

Si ceux qui sont démunis du fait d'une condition sociale médiocre aspirent à du meilleurs, ceux qui sont de conditions sociales élevées ne sont pas trop pressés de baisser la tête pour regarder ce qui se passe en-dessous, chez beaucoup "d'aristocrates" il ne fait pas bon soulever la couverture qui séparent le peuple basique de leur monde artificiel n'existant que par la notion de fortune.

En fait, ceux qui sont aisés n'ont pas conscience de ce que peut être la vie d'une famille modeste, de disposer de tout à la demande anesthésie les sens et les sentiments.

Celui qui n'a jamais eu faim ne peut pas comprendre, surtout quand la faim tenaille les ventres des enfants.

caf-caisse-allocations-familiales enfants-pauvresCe n'est qu'une cible. (Photo Internet non contractuelle)

Il n'est pas facile de définir la pauvreté et encore moins facile de la représenter.

En fait ceux qui n'ont rien ou pas grand chose n'ont pas le réflexe de s'attribuer ce qui leur est inaccessible.

Ce cliché laisse entendre que pauvreté est synonyme de crasse et autres maux trop souvent attachés à la notion de pauvreté. (Pas facile de trouver une photo Internet représentant le type "européen" à croire que seuls les étrangers "colorés" pour parler comme tout le monde sont en difficulté, encore un cliché tendantiel)

En fait rien n'interdit d'acheter un morceau de savon et de ranger un peu une maison.

La société de consommation est en partie responsable de la pauvreté, si on ne peut se laver avec une cigarette on trouve plus de plaisir échappatoire de fumer que de se laver, un faux refuge qui coute cher à la société.

Cependant, quand on n'a rien et qu'on a rien à perdre, la notion de maintient dans un environnement familial propre s'estompe au profit d'un laisser aller caractéristique de gens qui ne croient plus à grand chose.

Pour attirer la pitié et l'attention le grimage devient indispensable.

Quel rapport avec la CAF allez-vous me dire ?

En fait la presque totalité des gens à la limite de la pauvreté ne ressemble en rien à ce qui est représenté sur cette image, cette dernière c'est le parfait cliché de ce que se représentent, ceux qui sont aisés, de la pauvreté en général.

C'est pourquoi les allocations familiales ont été crées.

Au fil du temps sont venues se greffer d'autres prestations conformes à un fonctionnement social d'un pays, APL, RMI, RSA, aide au handicap, etc.

En fait trop d'aides qui font ressembler la CAF à un organisme caritatif qui pourrait inciter ceux qui en profitent à se complaire dans cet état de dépendance permanente aux frais de la société.

Le projet actuel du gouvernement est légitime et juste si toutefois ce dernier se penche aussi sur les innombrables abus qui en découlent.

Accueillir et protéger c'est bien, dépenser sans compter pour des situations paradoxales c'est beaucoup moins bien.

Donc de favoriser une catégorie sociale aux dépend d'une autre serait mieux vu si les situations abusives et les textes en matière d'aides étaient revus en profondeur.

En fait le gouvernement s'attèle à prendre des mesures légitimes sans conforter ces mesures par d'autres visant à faire le ménage parmi les allocataires.

Le peuple interprète ces signes déviés de façon négative, raison pour laquelle il n'est guère enclin à sacrifier un peu de son confort à une juste cause.

Si ça se fait, je pense que les mesures présentes seront mieux acceptées et paraitront plus légitimes.

Après demain, gaspillage briançonnais. 

Bonne journée.                                          

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Commenter cet article

Francine 07/06/2013 11:01


Bonjour François,


les allocations à la base étaient pour aider les Français en difficulté.


France , terre d'accueil et d'écueils... 12 millions d'immigrés voir plus (ceux que l'on ne peut compter)


On est pauvre dès que, mm en touchant 3000 euros par mois, on est dans le rouge dès le 5 du mois. Pourquoi ? faute à une mauvaise gestion du pays depuis 100 ans !


malgré tout, les vrais pauvres restent dignes et ne veulent pas que cela se sache... ce sont toujours les mêmes qui vont pleurer (à 85 %) et qui crachent sur ceux qui sont ponctionnés pour
assurer cette solidarité (que je trouve normale qd elle est appliquée justement) - allez dans les centres CAF de Marseille


mais la pauvreté, en France, comme dans certains pays européens est devenue exponentielle suite à la mise en place de l'euro - les spéculateurs du monde entier se sont engoufrés dans les failles
du système (nos grands pontes les 1er) du coup, plein de vaches maigres... quant aux mesures qui sont prises par nos gouvernements successifs , elles ont agravé les problèmes déjà existants
et en ont créé d'autres - Halleluyah 


Un jour, tout nous explosera à la figure - dans une dizaine d'années, la bulle financière mondiale va exploser grâce à leurs spéculations en tous genre - et je crains le pire au niveau de chaque
pays : mini guerilla civile


il faut refonder ce monde dévasté financièrement, humainement - et là, je ne parle pas des problèmes religieux...


peu de gens sont conscients qu'ils vivent sur un terrain miné qui peut exploser à tout moment.


Bonne journée


 


 

francois.ihuel15.over-blog.fr 09/06/2013 08:46



C'est un bon résumé de la situation, il est difficile de cerner un problème aussi complexe et il faut tenir compte, pour doser une analyse, de la situation de celui qui avance des suppositions en
tenant également compte du contexte. De toute évidence se sera toujours la haute finance qui sera détentrice du "pouvoir". Il est exact que l'Euro à bouleversé les sociétés concernées,
personnellement j'étais contre, non par nostalgie (Il faut évoluer) mais par le risque d'explosion de l'inflation comme vous le décrivez si bien. Cependant il y a plus de gens que vous le pensez
qui savent qui sont en terrain miné, ceux qui le dénoncent sans pouvoir quoi que ce soit et ceux qui le taisent parce qu'ils en tirent profit. Il est évident que tout ça va nous exploser en
"pleine poire" et ce n'est plus très loin. Merci de votre judicieuse remarque, constructive et malheureusement si rare.