Dissensions municipales

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Autre blog :  http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ 

 

Dauphiné du 26/09/2014

 

DSCN3028Le quorum du "forum".

 

Ce pourrait être un forum si la majorité silencieuse était invité à donner son avis puis invité à débattre, ce qui n'est pas le cas mais une assemblée du conseil municipal ne permet pas au public de s'exprimer, du moins pas pendant les délibérations.

 

Le maire peut, et devrait, en fin de séance, demander au public s'il y a des questions (Simples et rapides bien sûr) ce qu'il ne fait pas pour rester le "maitre" et surtout pour éviter de se mettre dans l'embarras par la réouverture de débats, si courts soient-ils.

 

Et puis s'il est facile de préparer des réponses sur un ordre du jour précis il devient plus embarrassant de répondre à des questions imprévues, c'est valable pour pratiquement tous les hommes politiques.

 

De la même façon Mr le Maire ne reçoit pas le public bien que ce soit son devoir, il laisse cette "corvée" à certains de ses adjoints, sur rendez-vous choisis puisque ceux qui dérangent ne reçoivent pas de réponse.

 

Cette application très personnalisée de la démocratie ne peut que créer un climat malsain et pas seulement en conseil municipal.

 

Ce n'est pas spécifique à la ville de Briançon les réunions de conseils municipaux agités il y en a à la pelle en France, juste savoir si en démocratie on arrive à fonctionner correctement en entretenant un climat délétère. 

 

Ce qui est fort dommageable c'est l'impossibilité d'avancer et surtout l'impossibilité de pouvoir donner à une population dite ce qu'elle attend, les sujets de l'ordre du jour ne répondent pas forcément à une attente, ils révèlent quelquefois l'incohérence de fonctionnement, ce qui semble ressortir concernant le sujet de la vidéosurveillance, on va y revenir.

 

Pour ma part, bien que n'ayant aucune latitude pour participer, je reste persuadé que la totalité des membres présents doit rester le maitre mot, mais ce n'est que mon avis tiré des recherches que j'ai faites à ce sujet, plusieurs cas contradictoires faisant jurisprudence.

 

DSCN3029Regrouper des délibérations.

 

C'est assez courant quand on ne veut pas que le conseil dure une partie de la nuit, surtout sur des sujets sensibles.

 

Le maire a effectivement "police" sur les débats mais c'est aussi parasiter ces débats pour les ramener à ce qu'il veut obtenir.

 

Qui plus est, avec Mr Gryzka c'est plus difficile qu'avec la précédente opposition du mandat 2009/2014, il est bon que l'opposition joue son vrai rôle d'autant qu'il est très facile de passer ce qu'on veut quand on détient une majorité (C'est ce qui se passe à l'assemblée Nationale et au Sénat), une forme de "confiscation" des pouvoirs faute de consensus. (Ce n'est pas exactement comme çà mais c'est plus facile à comprendre)

 

Prorel juillet14 13454La vidéosurveillance de la passerelle du Prorel.

 

Il est regrettable que l'opposition ne fut pas présente, Mr Gryzka étant plutôt favorable à la vidéosurveillance (Dans son programme de campagne), son vote aurait pu faire passer cette proposition de Mr le Maire. 

 

Toutefois je pense que c'est encore une dépense "excessive" vu la géographie du lieu, s'il y a vandalisme ce sera un acte volontaire ciblé et non l'oeuvre de quelques "zonards" en manque de "petits pétards" comme c'est généralement le cas sous nos latitudes, la vidéosurveillance dans ce cas de figure devient inutile.

 

Sur ce cas précis je rejoins l'avis de Mme Daerden et de ceux qui s'y sont opposés, cette passerelle "inutile", vu ce dont à quoi elle est destinée à servir, coute déjà une fortune, il serait intéressant de connaitre la justification de ces sommes, un contrat juteux pour celui qui l'a décroché.

 

Je ne suis pas certain que de surveiller un "édifice" uniquement à cause de son prix soit une raison valable pour investir encore dans du superflu alors que l'indispensable, à Briançon, est cruellement délaissé.

 

C'est une preuve supplémentaire que Mr le Maire se fout de ses administrés, je ne suis pas sûr que cette passerelle améliore le quotidien des briançonnais pas plus que celle des touristes, qui devront, de toutes les façons, parcourir le reste du trajet dans ce capharnaüm hivernal annuel qu'est ce quartier du téléphérique du Prorel.

 

Dans un mois, un mois et demi, il va neiger, les services techniques seront sollicités pour les travaux prioritaires de déneigement, je doute que ce quartier soit favorisé au détriment du reste et ce n'est, de toutes les façons, pas une priorité sauf dans le cadre de l'accueil des skieurs, pas aussi nombreux que veulent bien nous le faire croire ceux qui en dépendent directement.

 

On a un réseau routier pourri, un hôpital dans un environnement innommable, des accès scolaires dangereux et mal protégés, des intersections et des carrefours critiques mais on investi des finances de "dettes" dans du superflu clinquant bien qu'inutile puisque cette passerelle aurait dû aller jusqu'à la gare du téléphérique pour être justifiable.

 

ouverte-en-1989-la-gare-de-depart-de-la-telecabine-du-proreCe qui inquiète Mr le Maire c'est çà.

 

Les dégradations. S'il était autant attentif au reste de la ville qu'il semble vouloir l'être pour "son" ouvrage je pense que beaucoup de briançonnais lui pardonneraient cette "passade".

 

Mais il n'est pas inquiet des conséquences, il n'est inquiet que de la somme investie dans cette passerelle hors de prix.

 

Il est vrai qu'il ne risque pas de s'inquiéter des sommes investies dans les réfections diverses à Briançon, ces dépenses inexistantes, là, n'ont pas la même valeur.

 

Juste savoir si cette passerelle, prévue par Mr Bayrou mais jamais réalisée, ne rentre pas dans un cadre personnel pour donner satisfaction à celui qui s'en est attribué la paternité.

 

De la même façon la chaufferie bois semblerait rentrer dans un cadre d'échanges qui pourraient laisser entendre que des intérêts personnels en sont le motif. (Ça n'engage que moi mais je reste persuadé qu'on ne fait rien sans rien, juste attendre)

 

La majorité de la population de la ville est contre cette chaufferie bois, encore plus contre l'emplacement choisi mais contre vents et marées Mr le Maire persiste dans ce qui sera un objet de conflits à venir pour les prochaines décennies.

 

La gestion briançonnaise fonctionne comme la gestion nationale, se passer de l'avis du peuple pour réaliser des petits caprices pourtant décriés.

 

Je soutiens ce recours qui est largement justifié.

 

Bonne soirée et à bientôt pour une suite.

 

Pour me suivre, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. 

Commenter cet article