Briançon, développement économique

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/


DSCN8721Quartier Durance.


En pleine rénovation.


Dans une des questions posées par un journaliste on m'a demandé comment j'envisageais le développement économique de Briançon.


J'ai abordé le problème plusieurs fois sur ce blog sur différents sujets.


Je doute que la création d'un énième centre commercial soit le juste visage du développement économique, ceux existant déjà sont à la peine de par leur nombre, bien qu'excentrés.


Les emplois supposés être créés ne seront en fait qu'un transfert de personnel, Carrefour et Géant Casino, les deux plus importants, ne pourront garder un personnel constant si un concurrent (Que je devine déloyal, voir les infos du jour sur ma page Facebook), de l'importance de Leclerc, prend une part importante d'une clientèle non extensive.


Je me pose toujours la question de savoir pourquoi la précipitation dans ce choix de restructuration de ce quartier passe par un consortium qui n'a pas pour habitude de faire des largesses, en dehors d'une complaisance de la municipalité il est indéniable que l'attrait n'est pas porteur.


Il y a forcément contrepartie sans aller plus avant dans les motivations municipales, ce sera pour le futur.


Capture-d-e-cran-2013-11-21-a--09.34.26.pngMédia local.


Quand les deux journalistes de Alpes 1 m'ont interviewé il m'ont posé la question "Où vais-je trouver l'argent pour renforcer la police".


Il faut connaitre les comptes exacts de la ville et attendre d'avoir les chiffres de 2013 pour ce faire, cependant s'il y a de l'argent (Ce dont je doute puisque Briançon fonctionne sur des finances possibles et non sur des finances disponibles) pour l'extension de la ville, à ne pas confondre avec extension économique, il doit certainement y en avoir pour renforcer la sécurité en ville bien qu'à Briançon nous soyons aux antipodes des problèmes parisiens ou marseillais.


Ne disposant pas de chiffres précis ni d'indications claires et officielles en ce sens (Du moins pour le moment) on ne sais trop ce qui est alloué à qui et pourquoi.


J'avais déjà émis l'hypothèse que les finances allouées à la culture devaient faire l'objet d'une étude, je suis, bien entendu, pour le maintien de la culture à Briançon cependant il y a culture et culture.


Certains financements demandent à être examinés de près, il y a des urgences (Réfection en profondeur des quartiers délaissés de la ville, sauf ces derniers temps mais ce n'est qu'électoral) le "gaspillage" de la mise en barrièrage du parking du Champ de mars en est un exemple.


Concernant ce dernier point il m'a été dit que c'était dans le but de recouvrer en totalité les stationnements, il m'a été précisé que la police municipale ne pouvait être efficace dans ce domaine.


Donc une question de personnel et de coût, donc j'ai raison concernant le personnel et aussi le cout puisque les recettes seraient loin de compenser les frais, retour à la case départ.


Capture-d-e-cran-2013-11-21-a--15.22.57.pngUn front de neige.


Qu'est-ce qui pousse certains candidats à persévérer dans ce qui sera un fiasco couteux ?


La pression des professionnels de "la glisse" entre autres.


Normal, quand on a un commerce on fait le maximum pour qu'il prospère, ce n'est pas moi qui le critiquerais.


Mais est-ce que c'est suffisant pour élaborer un projet couteux ?


Je n'en suis pas sûr.


Les commerces de Briançon ne sont pas tous dépendants des sports d'hiver, heureusement d'ailleurs, le tourisme patrimonial est bien plus important et surtout constant.


Sur le fond je ne suis pas contre l'aménagement du quartier prorel de Briançon, je ne suis pas non plus contre la création d'un front de neige mais je ne suis pas sûr que ce soit le moment avec tout ce qui se construit en ville, les briançonnais vivent déjà au milieu des chantiers couteux, incontournables pour l'évolution mais le problème des financements est toujours présent.


Mes adversaires électoraux prônent une baisse des impôts en promettant pourtant des projets qui vont dans le sens contraire.


Comme me l'ont si bien demandé les journalistes de Alpes1 avec quel argent ?


Cette question ne leur a pas été posée (Ou je ne l'ai pas perçu, ce qui m'étonnerais) la cible n'est peut-être pas la même pour tout le monde !


Concernant les chiffres.


tableau_evolution_du_capital_restant_du_5060.jpgTableau officiel de la mairie de Briançon.

Les chiffres avancés par le journaliste qui m'a interviewé sont ceux de 2005, il me "met dans les dents" 80 millions d'Euros avec un ton légèrement ironique (c'est son métier).


Quand ces journalistes de ALPES1 ont voulu me mettre à l'épreuve concernant la dette de Briançon ils m'ont laissé entendre que je n'étais pas spécialement informé.


Alors, soit le site de la municipalité de Briançon est faux soit ces journalistes sont mieux informés que la municipalité elle-même.


Bref, l'éternelle bataille de chiffres et de discordances suivant l'appartenance politique, personne n'a été dupe.


Donc l'exercice 2012 fait bien apparaitre une dette (Qui semble très immobile) de 70 millions d'Euros, soit approximativement très proche de l'origine.


tableau investissements realises 5061Le fond d''investissement est, lui, évolutif.


L'augmentation de la dette aussi.


La dette de la ville ne se cantonne pas qu'au téléphérique du Prorel, il y a aussi les autres investissements qui continuent à courir et à se créer.


Briançon ne peut pas fonctionner normalement que sur ses seuls revenus, l'emprunt est obligatoire pour pouvoir mener à bien les travaux de rénovation ou de construction, objectif des trois dernières municipalités successives.


Considérant que le montant annuel de remboursement de la dette du seul Prorel est immuable il faut bien financer le reste puisque c'est mis en oeuvre.


Il faut donc emprunter et c'est dangereux, j'en sais quelque chose.


L'augmentation des impôts par habitant va donc continuer à grimper, ce que semblent ne pas voir mes adversaires de droite qui semblent vouloir réduire les charges par habitant tout en continuant d'investir dans du "superflu" sans un centime en caisse.


Si on écarte l'idée que l'UMP généreuse pourrait donner une grosse enveloppe à Mr Murgiat (Vu l'état des finances UMP j'ai de gros doutes) il serait logique de considérer que les électeurs de ce dernier puissent participer à l'effort constructif, loin d'être indispensable, de la même façon qu'ils ont renfloué l'UMP de la campagne de Mr Sarkozy à hauteur de 11 millions d'Euros.


Le calcul de l'impôt n'étant pas personnalisé par appartenance politique les plus fragiles financièrement vont encore souffrir et voir leur pouvoir d'achat en prendre un sacré coup, le taux d'imposition actuel ayant déjà dépassé la cote d'alerte c'est entrainer la ville dans un gouffre financier et une possible tutelle de la Cour des Comptes. (Ce qui, dans ce cas, rejoint mon objectif de geler les dépenses superflues mais là, sous surveillance de l'Etat)


C'est la raison pour laquelle il est indispensable de geler tous les investissements futurs, la survie de la ville ne dépend pas d'un investissement nouveau mais de retrouver une stabilité financière.


C'est pourquoi je persiste à dire qu'il faut arrêter tous investissements à venir, l'indispensable est à faire, l'imprévu est à prendre en compte surtout dans notre ville géographiquement défavorisée par les aléas climatiques.


J'ai du mal à suivre la ligne de conduite de certains de mes adversaires dans la frénésie qui consiste à créer un front de neige au Prorel, cet argent sera plus utile pour recréer les alentours de l'hôpital et construire un parking en cellules comme spécifié dans ce blog, de l'argent plus intelligemment investi, beaucoup moins d'argent pour soulager la charge par habitant.


evolution-dette-par-habitant-commune-BRIANCON.pngTout est là.


La dette actuelle par habitant c'est sept mois de SMIC, réparti de façon différente suivant les ménages bien entendu.


C'est aussi ce qui laisse apparaitre que ceux qui payent le plus sont les ménages moyens, ceux qui ont des revenus de 3000 à 4000 € par mois (Loin d'être majoritaires à Briançon) bien plus désavantagés que ceux qui n'ont qu'un SMIC mais des aides interdites aux précédents qui, eux, financent justement ces aides.


Cet aménagement fait partie de mon programme que les journalistes annoncent "mal défini" alors qu'il n'en n'ont pas connaissance. On pourrait comparer ce comportement médiatique à l'actuel, briançonnais, qui consiste à investir sans connaitre les futures recettes fiscales.


Je n'ai pas d'animosité particulière envers les médias, indispensables et très utiles mais j'ai du mal à accepter qu'on interprète des éléments sans les connaitre et qu'on me dispense des situations qui ne m'appartiennent pas. Pour être réaliste il faut avant tout être honnête, envers soi mais surtout envers les autres.


Dans le cadre de mon programme est aussi inclus une restructuration des transports urbains afin de réduire le déficit permanent de ces lignes, non pas en augmentant le prix du billet mais en répartissant la charge clientèle intelligemment.


D'y inclure les taxis briançonnais rendrait cohérentes et réalistes certaines dessertes.


On verra ça en Janvier.


DSCN8736Des travaux visibles.


Sauf qu'ils ne sont pas municipaux mais privés.


Ce parking "supérieur" de Géant Casino a été refait il y a trois ans par le consortium.


DSCN8762Hall de la gare à Briançon.


Pour aller des quais à la gare routière, très encombrés une quinzaine de jours par an.


La SNCF lance des travaux de rénovation de la gare.


DSCN8764Qui ne concernent que la gare.


DSCN8765Financés par la SNCF.


Ces travaux ne concernent que l'emprise SNCF, en aucun cas les aménagements extérieurs.


Il y a plusieurs mois j'avais avancé le projet de restructurer les abords de la gare, en plaçant le parking sur le terrain derrière l'hôtel de la gare, terrain privé pouvant être acheté (Appartenant à Mr Brunet ancien transporteur briançonnais) et aménagé intelligemment.


Un passage souterrain ferait la liaison avec la gare, création d'un grand giratoire par l'actuelle rue Pasteur englobant ce parking afin de réduire la dangerosité du lieu.


L'actuelle gare routière n'étant plus dédiée qu'au bus et autocars.


Aménager un emplacement "taxi" plus conséquent et plus spacieux pour une meilleure fluidité d'utilisation au service de la clientèle.


Dissocier les accès de la gare routière de l'allée qui dessert le transporteur RESALP et surtout le centre de secours des pompiers.


Entrée des bus le long de la gare et sortie par l'actuelle, aménager l'emplacement de stationnement des cars et bus en épis pour une meilleure prise en charge des clients et de leurs bagages. Une couverture légère mais solide (Neige) pour abriter des intempéries et du soleil.


En fait le réalisme des gens de terrain, ceux qui vivent ces situations à l'année, chauffeurs de car, taxis et particuliers utilisant le train.


Dans le même cadre, de réaménager les horaires "bus" permettrait aux usager d'éviter de prendre leur voiture, donc favoriser les transports en commun pour le bien-être de tous.


Ce sont là des investissements beaucoup moins couteux qu'un front de neige ou autres utopies saisonnières aux recettes douteuses.


Dans mon article du 18 novembre 2010 "Encore trois an et demi, Mr le Maire" je démontre l'état d'un accès au "parking" de l'hôpital.


Dans un autre article du 5 Avril 2012 "Sauver l'hôpital ? Oui mais !" je fais, une fois de plus, le constat du délaissement caractérisé de ce lieu pourtant indispensable et un des poumons de l'emploi à Briançon.


Sujets abordés par les autres candidats que lors des élections alors que c'est une préoccupation constante et un gros handicap pour les briançonnais.


En parcourant mon blog on peut constater que c'est ma préoccupation majeure, et pas seulement depuis quelques semaines.


En fait, sachant que ALPES 1 et autres regardent mon blog régulièrement il est difficile de prétendre que je n'ai pas de programme, juste savoir que je ne suis pressé de le mettre à disposition pour le moment.


Je ne fonctionne pas en tant qu'objet politique au service d'un parti, je fonctionne comme un citoyen soucieux de sa ville et voulant apporter ce qu'il est possible de faire.


Partant de ce principe je romps effectivement la routine électorale et m'exonère des "bagarres" qui accompagnent, reconnaissant dans chacun ce qui est bien et ce qui pourrait l'être.


DSCN8802.JPGCasernes du fort des Têtes.


Une urgence mais pas une priorité, c'est aussi l'amalgame qu'ont fait les journalistes d'ALPES 1 en me demandant quelles sont "mes" urgences.


Pour souffler financièrement il faut donc s'atteler d'urgence à ce qui réclame un aménagement ou une réfection à caractère PUBLIC et non promettre des réalisations à l'avenir incertain.


Je n'en démords pas, il est indispensable de faire un "break" financier de plusieurs années tout en rénovant la ville. 


J'espère seulement que mon état de santé ma permettra de mener à bien mes projets, c'est un facteur déterminant.


Dans le cas contraire, soit ma liste continuera sous un autre nom soit je m'en remettrais au plus susceptible de satisfaire la population en réduisant ses charges pour relancer son pouvoir d'achat, qui est aussi une forme de relance économique locale.


Ce que veulent les briançonnais c'est du réalisme et du bon sens dans la simplicité.


Bon dimanche à tous et à très bientôt.    

               

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Commenter cet article

Francine 29/11/2013 19:14


soignez vous bien !


la santé, c'est primordial et le moral avec

francois.ihuel15.over-blog.fr 29/11/2013 21:08



Merci



Francine 29/11/2013 12:32


Bonjour François,


j'espère que vous vous êtes remis au niveau santé !


Briançon devrait peut etre mettre en valeur sa qualité de l'air et développer une réelle station climatique au lieu d'accès sur le ski. mais bon cela ne reste qu'un avis. ces fameuses casernes
seraient un lieu propice...à...


il est évident que la fiscalité va encore augmenter et grever le budget des briançonnais. Vivre à la grandeur de la Cour... et après moi, le déluge ; si je puis dire ainsi.


déjà 2013 a été une année difficile en tous points, si la ville continue sur ce chemin, il va être très difficile de remonter la pente à moins de créer des ardoises énormes ou de ressortir la
planche à billets


Soignez vous bien ! et à bientôt

francois.ihuel15.over-blog.fr 29/11/2013 17:49



Ma santé est précaire, très ennuyeux en ces périodes de campagne électorale, c'est un gros handicap pour moi.


Ne pas pouvoir remonter la pente à Briançon, ville de montagne,
pourrait faire sourire dans le contexte mais hélas c'est vrai, la pente est de plus en plus raide et pas seulement à Briançon.


 


Si je ne peux continuer il est fort probable que Mr Fromm fera un
nouveau mandat, c'est ce que beaucoup de contacts me disent. J'espère aller au bout. Merci de votre soutient