asteroid belt and the moon 1

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Liens : http://francois.ihuel.over-blog.fr/ & http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ &http://francois.ihuel15.over-blog.fr/ http://www.francois-ihuel-05.com/

Come with me

2010 02 01 Coucher de Lune sur le Prorel 7h20 Moins 20° -La Lune au-dessus du Prorel

Photo prise vers 23h00 en février 2011.

La Lune qui nous est si familière et qui accompagne la moitié des nuits de toute notre existence est un miracle pour nous.

Sa taille par rapport à la Terre et sa proximité sont ce qui permet la vie sur terre.

A l'instar du Soleil elle rythme nos marées océaniques et régule la presque totalité de la végétation et la vie animale terrestre dont nous faisons partie.

Elle a aussi, et c'est très peu connu, un effet sur le maintien de la chaleur interne de la terre, les marées magmatiques permettant un renouvellement constant du magma par l'échauffement créé par ces marées internes, imperceptible par l'homme.

C'est aussi un des facteurs importants des séismes et déplacements des plaques tectoniques.

Ces marées magmatiques internes pourraient être comparées à l'intense activité volcanique de IO, satellite de Jupiter terriblement malmené par l'attraction de sa gigantesque voisine.

La pression des océans, l'atmosphère et la faible gravité de la Lune, inférieure à celle de la terre, freinent les effets induits sur IO par Jupiter.

DSCN0012La Lune....

....Est le seul objet céleste visible en détail à l'oeil nu.

DSCN0046Fonction de sa position....

....Par rapport au Soleil, les ombres des cratères sont très nettement visibles, l'équateur lumineux en révèle toute la splendeur.

Ces photos, que j'ai prises, n'ont rien d'exceptionnelles, il suffit d'avoir un appareil performant et d'être parfaitement immobile pour le cliché.

A l'oeil nu les détails n'apparaissent qu'au lever de pleine lune, quand l'épaisseur de l'atmosphère a un effet "loupe" maximum, ce qui nous rend cet astre plus gros.

DSCN0331A l'instar de Mercure....

....Les impacts de météorites, qui ont duré plusieurs centaines de millions d'années, sont resté intacts, l'absence d'atmosphère sur notre satellite ne permet pas l'érosion et l'absence de déplacement tectonique de cette astre froid ne modifie en rien sa surface.

La Lune est aujourd'hui absolument identique à ce qu'elle était il y a plus de deux milliards d'années.

Créée ultérieurement au système solaire, soit 4 milliards d'années le système solaire en ayant cinq, la Lune n'est que des morceaux de la terre qui adhèrent sur un noyau formé d'un planétoïde qui est entré en collision avec la terre.

collisionPas vraiment en collision directe.

Mais plutôt si près de la Terre que l'attraction a ralenti sa course qui l'a mis en orbite autour de la terre.

Les frictions de ce passage ont arraché à la Terre, encore en fusion partielle, des quantités énormes de matières qui se sont mise en orbite autour d'elle.

Le planétoïde s'étant stabilisé sur une orbite haute a, par son attraction, récupéré toute cette matière arrachée à la terre pour ne plus faire qu'un astre, la Lune que nous connaissons actuellement.

Cet aggloméra s'étant fait sur une période relativement courte, à l'échelle géologique, environ 150 millions d'années.

Le bombardement météorique externe à ce processus a contribué à augmenter le volume des deux astres, la Terre et la Lune de même que les autres planètes telluriques.

Tout ce qui gravitait autour du Soleil dans un rayon d'environ 800 millions de kilomètres s'est aggloméré aux plus gros astres pour en faire les planètes telluriques actuelles.

Les autres planètes dites gazeuses, bien plus éloignées, n'ont pas subi ces bombardement de la même façon, l'attraction solaire étant nettement plus faible seuls les éléments légers se sont dispersés à des distances colossales pour former les planètes géantes.

Toutefois, des éléments lourds, "telluriques" sont restés trop éloignés de la terre pour être happés par le soleil et ses planètes telluriques proches.

De temps en temps, un astéroïde change de direction suite à collision avec un autre et se rapproche du soleil, ce qui crée ces comètes qui viennent nous rendre visite périodiquement.

Collision terreCertains processus sont impossible....

....Pour former un couple Terre Lune.

Cette représentation très exagérée d'une collision frontale ne peut pas produire une réaction orbitale telle que nous la connaissons, Ce schéma ne peut qu'entrainer une destruction totale de la planète et sa recomposition en un seul élément.

J'ai mis cette image puisqu'elle est diffusée sur Internet mais physiquement il est impossible d'obtenir autre chose qu'une seule masse d'autant qu'à cette époque la totalité des planètes telluriques était encore en fusion partielle.

DSCN8161Nous n'aurions pas ces photos.

Je l'ai prise de la Chirouze, coucher de Lune sur Serre-Ratier à Serre-Chevalier.

DSCN8174Vu du sol.

Un gros point lumineux coupé en deux.

DSCN8175Qui se révèle en splendeur.

Lorsque j'approche.

C'est le même cliché que le précédent, du moins pris à la même heure du même endroit ce qui fait que l'espace semble gris.

La luminosité crépusculaire permettant d'atténuer l'éclat lunaire, les couleurs sont magnifiques.

J'ai effectué ce cliché de la Chirouze, si j'avais été plus bas je n'aurais pas obtenu cette image, raison pour laquelle les grand télescopes sont situés sur les hauteurs, le plus haut se trouvant au Chili à plus de 5000 mètres, c'est un télescope électronique, et non optique fait pour capturer des ondes pouvant être transformées en images.

photo-satellite-hubble.jpgHUBBLE.

Pour les télescopes optiques, le plus haut est Hubble qui tourne autour de la terre sur une orbite à 600 km au-dessus de nous en moins de deux heures.

Enfoncé mon appareil photo !

Revenons à du plus accessible.

DSCN8185Les mers lunaires.

Sont des parties de la Lune qui se sont refroidies plus lentement que le reste de la surface, l'intensité météorique n'étant pas uniformément répartie sur toute la surface les cratères formés dans ces mers ont été arasés par la surface encore en fusion.

Les mers de la Lune sont toutes sur la face côté Terre, l'attraction terrestre ayant ralenti le processus de refroidissement différemment que du côté espace.

lune-face-cache.1600.pngLa face cachée de la Lune.

N'ayant aucun rapport avec le film "pédale douce". (Fanny Ardant et Patrick Timsit)

Cette face côté espace ne voit jamais la terre, contrairement à ce que l'on pourrait croire, la lune fait un tour complet sur elle-même en 28 jours, exactement le temps qu'elle met pour faire le tour de la terre sur une orbite de 1,225 million de kilomètres.

Soit une vitesse de libération de 1823 km/h.

Ou plutôt une vitesse de sustentation.

Plus vite et elle s'éloigne sur une durée accélérée par le carré de sa vitesse.

Plus lentement et elle se rapproche de la Terre jusqu'à la collision inévitable à une vitesse en augmentation fonction de l'attraction universelle mais vitesse ne permettant plus sa libération de l'attraction terrestre.

C'est donc un miracle de la nature d'avoir un astre pile-poil à bonne distance, faisant sur lui-même un tour qui a la durée de son orbite, raison pour laquelle on ne voit toujours que la même face.

La face cachée est bien plus criblée d'impacts que l'autre, l'attraction terrestre a focalisé l'approche des milliards de météorites de toutes tailles sur cette partie continuellement tournée vers l'espace, le chaos de cette période devait être indescriptible mais suivait une logique de trajectoire.

La Terre en a reçue autant, sinon plus mais ils ont pratiquement tous été érodés par le temps et les mouvements tectoniques terrestres.

Il reste quelques traces de cratères gigantesques visibles sur terre, mais uniquement vus de l'espace, notamment au Canada et dans le golfe du Mexique.

Quelques autres cratères plus récents sont encore presque intact mais très rares, comme Météor-Cratère en Arizona qui a été formé par un impact récent (50 000 ans, ce qui est récent à l'échelle planétaire)

METEOR-CRATER-VU-PAR-D-AVION-2.jpgMétéor-Cratère en Arizona.

Au Sud-Ouest des Etats-Unis.

Son diamètre de 1,2 kilomètre est sensiblement le même que la distance du palais de l'Elysée à la place Charles De Gaulle "ou de l'Etoile" à Paris.

Une chance qu'il soit tombé dans ce désert d'altitude.

Mais comme Paris n'existait pas encore il n'y a pas de mal.

Maintenant, bien que surveillé, l'espace ne nous met pas à l'abri d'une météorite laissant un semblable impact, voire plus important, ce dernier n'ayant été creusé que par un projectile d'à peine 300 000 tonnes et de la taille d'un immeuble qui serait rond de 45 mètres de diamètre, soit un tiers du CNIT de la Défense.

J'aurais dû diffuser cette page avant le 21 décembre, j'ai loupé quelque chose.

la-face-cachee-de-la-lune-photographiee-lors-de-la-mission-.jpgL'autre face.

Bien plus tourmentée que celle qu'on voit pour les raisons expliquées plus avant.

Comme la Terre, la lune subit encore des impacts météoriques, si notre atmosphères en détruit la presque totalité ce n'est pas le cas pour la Lune qui continue à accumuler les cratères.

Seuls quelques milliers atteignent la surface de la Terre, la majorité tombe dans les océans et les déserts. (J'y reviendrais sur une autre page)

Construire une base sur cette face serait assimilé à placer un éléphant sur un champ de bataille au plus fort de la mitraille.

C'est peut-être aussi la raison qui fait que les projets des années 1970/1980 ont été interrompus, installer une base humaine dans de telles conditions relève du suicide, on peut pallier beaucoup de choses mais pas arrêter une météorite.

C'est aussi ce qui induit à aller s'installer sur Mars, l'atmosphère de cette planète s'y prête mais je doute de voir ça un jour, j'ai assisté en direct aux premiers pas sur la Lune, je n'ai pas tout perdu.

DSCN8237Vue d'ici c'est plutôt paisible.

J'ai quelques clichés à mettre pour faire un petit tour avant de repartir.

DSCN8273Coucher de Lune sur la Cucumelle.

En regardant attentivement, vous apercevrez les cratères sur les pourtours.

DSCN9250L'air frais favorise la photo.

Il faisait moins huit degrés, l'atmosphère froid est plus propice à l'élaboration d'un cliché, il y a beaucoup mois de poussières et à 1500 mètres l'air est plus ténu.

Le problème, en hiver, c'est qu'on ne peut aller bien haut, les sommets enneigés sont inaccessibles sauf au professionnels aguerris.

Je suis allé au col du Galibier fin octobre 2010, il était encore accessible, à 2700 mètres il n'y a pas de pollution lumineuse et l'air très froid se prête à la photographie de l'espace, malheureusement arrivé là-haut je me suis aperçu que j'avais oublié mon appareil.

Il est inutile de vous dire ma rage d'avoir été aussi distrait de faire un trajet pour une raison que je ne peux mettre à exécution, heureusement que ce n'est pas loin de chez moi.

Blazmoon03mai03Je me suis virtuellement rendu ailleurs.

Pour vous offrir ces magnifiques photos.

Désert sous la luneC'est juste à côté.

Enfin un peu plus loin, sur la gauche.

LG RC590M-166Cap au Nord.

La lune prise en pleine journée nordique, sans soleil apparent.

Moins quarante-cinq degrés à l'ombre mais comme tout est à l'ombre !

LR-cresp080705-2-sFéérique.

LR-cresp080705-3-sL'espace de quelques minutes.

Il faut que je reparte.

Notre terreUn petit ras de Lune.

Et direction Mars.

ceinture-asteroidesAvant la Ceinture d'astéroïdes.

A 420 millions de kilomètres du soleil, là d'où viennent la majorité de nos météorites visiteuses.

Ce sera la prochaine page.

Allez, bonne nuit et regardez, avant de vous coucher, qu'une météorite ne soit pas à l'approche, c'est des coups à faire de mauvais rêves.

Si vous désirez recevoir mon blog automatiquement, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. C'est gratuit et sans danger. 

Commenter cet article