Permis à la carte

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Depuis 1966 que je conduis des véhicules, de tous gabarits (dont quatre ans sans permis jusqu'en 1970 mais ne le dites pas), j'ai constaté qu'il fallait des permis spécifiques suivant la catégorie de véhicule. 

J'ignorais qu'il fallait des permis catégoriques suivant les conducteurs sauf les handicapés, à moins qu'il y ait des permis pour handicapés mentaux.

 

Permis à la carte
Permis à la carte

Pressé.

Il accélère pour passer avant mais à la limite je m'en fous, la conception rigide du code de la route étant devenu un lointain souvenir.

En fait c'est le nouveau code de la route, quand on arrive sur un carrefour, un rond-point, un feu rouge, un STOP, on accélère pour passer avant le véhicule alors qu'avant il fallait le laisser passer, voire marquer l'arrêt, mais là ça nécessite d'abord un effort cérébral, pour ceux qui ont un cerveau, ce qui se perd, puis un effort physique qui consiste à faire passer le pied d'une pédale à l'autre et l'actionner, une dépense d'énergie colossale par les temps qui courent.

Et puis appuyer sur la pédale c'est fatiguant, sauf pour les homophobes, mais c'est une autre histoire.

Et puis les refus de priorité à Briançon c'est une institution, d'autant que je ne suis pas un violent du volant et que je suis très tolérant, alors je laisse couler.

 

Permis à la carte
Permis à la carte

Raccourci du Barry.

C'est cette rue, en sens interdit autorisé avalisé par Mr le Maire qui est garant des institutions et chef de la police, celui qui est chargé de faire respecter la réglementation en encourageant à la bafouer, toujours ces incertitudes municipales briançonnaises de ces gens ayant une fonction bien précise sans en avoir les capacités et peut-être pas le cerveau qui va avec, pour ceux qui ont un cerveau bien sûr.

Mais il  n'est pas le seul cet automobiliste, c'est environ 150 véhicules par jour, rien de nouveau donc et puis c'est les vacances, il n'y a pas les élèves des nombreux établissements scolaires alentour.

Et puis comme ça descend ça incite aussi à la vitesse, juste avoir de bons freins pour s'arrêter en bas, pour ceux qui s'arrêtent bien sûr, il n'est pas rare de se faire couper la route par ces mêmes "contrevenants".

Mais c'est aussi une institution locale.

Je me suis dis, ce monsieur est très pressé, un RDV ou une envie de chier qui se bouscule au portillon de sortie, autant prendre au plus court pour éviter des fonds de calbars pas racontables.

 

Permis à la carte
Permis à la carte

C'est vrai qu'il y a urgence.

Pour se retrouver en si peu de temps à stationner en plein rond-point, en plein virage, sur le trottoir, pour obliger les piétons à descendre sur la chaussée, et tant qu'à faire sur un passage pour piéton aménagé pour handicapés.

Il est vrai que sur les 2 minutes et 48 secondes que j'ai mis pour arriver au même endroit il a bien gagné une minute, les envies de chier ça n'attend pas. 

Je ne suis pas sûr qu'il y ait des chiottes public dans ce secteur immédiat, peut être juste une envie de pisser, après tout il y a le jardin public en contrebas, ces pissotières municipales gratuites.

Ou une branlette qui le démange, ça arrive parfois, la gaule ça ne se commande pas, c'est une des nombreuses anecdotes de mes livres "ADHOMO" en vente à la librairie de la rue Centrale, ça m'est arrivé souvent d'avoir une envie furieuse de me cogner un rassis au volant, il y a longtemps c'est vrai, avant que je ne frise la sénilité, je déballais coquette et je m'astiquais la colonne en conduisant, juste faire gaffe quand on balance le potage, le mieux c'est de larguer dans le calbar ou de "coiffer popaul" d'une capote, en conduisant bien sûr, larguer une branlette dans une capote c'est assez plaisant, on peut même la garder en souvenir, juste faire un noeud, pas facile en conduisant. Et puis ce n'est pas encore répréhensif bien que la pâmoison éjaculatoire ça déconnecte un bref instant. Téléphoner, non, boire ou bouffer un biscuit aussi c'est interdit, se branler en conduisant est encore autorisé.

Ah merde, ça y est, je déconne encore.

Je ne sais pas s'il a un permis de conduire ou un permis de se conduire cet automobiliste.

Le premier s'achetant cher en payant à l'Etat un quotas d'heures d'apprentissage avec des moniteurs dont certains ont peut-être aussi un permis de non savoir conduire, je vois des choses extraordinaires. 

Le second s'acquérant à l'école ou à la maison suivant l'éducation que dispensent les parents, pour ceux qui sont éduqués bien sûr, j'ai eut l'occasion de constater quelques carences dans mon voisinage immédiat, ça fera peut-être l'objet d'une prochaine page, juste attendre la réponse de mes voisins.

Dans la catégorie des permis de conduire je ne sais pas s'il y en a pour handicapés mentaux, pourtant on en voit quelques-uns au volant de véhicules, soit ils n'ont pas de permis, soit le handicap se forme après avoir passé le permis, il est vrai que les exemples d'incohérences routières sont quotidiens.

Une visite médicale pour les conducteurs de VL ?

Pourquoi pas ! Ma foi, des fois on se pose des questions.  

Allez, c'est ma décoconnade du jour, mon handicap mental personnel en surpression, juste que moi je le sais, je suis un peu cinglé sur les bords.

Bonne journée à tous et à bientôt.

 

Publié dans Briançon

Commenter cet article