Politique et Briançon, vite fait ce 29 03 2017

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Aberrantes taxes injustifiées.

Gaspillage de finances publiques.

Déception sans défection.

 

 

Politique et Briançon, vite fait ce 29 03 2017

C'est par hasard....

....que je suis tombé sur cette info qui reste à confirmer.

N'ayant ni télé ni radio je ne sais pas si c'est officiel ou encore une de ces incalculables fausses informations dénaturées de ces derniers mois.

Si c'est avéré c'est une grande truanderie de l'Etat, en effet, on oblige les automobilistes à posséder un appareil de dépistage d'alcoolémie alors que ceux qui conduisent en ayant picolé se fichent royalement de la possession ou non de cet appareil.

Celui qui ne boit pas est donc susceptible d'être verbalisé s'il n'a pas un gadget, qui n'est pas un équipement de sécurité, totalement inutile dans son véhicule.

Deux options se présentent. La première c'est l'achat du système basique qu'il semble falloir renouveler tous les six mois, avant c'était un an mais pas obligatoire, il y a des stocks à écouler et il n'est pas impossible que le fabricant ait quelques accointances avec un élu des hautes sphères qui fait la pluie et le beau temps.

La deuxième c'est l'achat d'un appareil sophistiqué, cher bien qu'inutile pour la raison ci-dessus évoquée, mais qu'on peut obtenir avec une réduction substantielle avant une date dite.

Ce qui laisse aussi à supposer que la raison est identique, écouler des stocks.

Et puis si on est en capacité de vendre au quart de son prix un objet c'est qu'il ne vaut pas plus, même à prix cassé.

Il est donc raisonnable d'en déduire que le fabricant fait 400% de bénéfice sur chaque appareil vendu.

En admettant que  cinq millions d'automobilistes optent pour cette dernière option on peut déjà constater les sommes importantes engrangées pour de l'inutile, la possession d'un éthylotest n'ayant jamais empêché un conducteur accro à l'alcool de boire, la plupart du temps insolvable donc les frais pris en charge par les contribuables.

C'est encore une arnaque d'Etat qui passe comme une lettre à la poste.

La ligue de défense des conducteurs semble ne pas s'en inquiéter, elle préfère la chasse aux radars qui sont bien plus utiles que la possession inutile d'un appareil de contrôle d'alcoolémie, les enjeux ne sont pas les mêmes et les adhérents à cette ligue risquent de fondre comme neige au Soleil, ce qui réduit les dons, donc les profits qu'elle en tire.

Mais ça n'engage que moi.

 

Politique et Briançon, vite fait ce 29 03 2017

Le pognon facile des contribuables.

Sert d'abord à construire, à des prix excessifs, des équipement aléatoires là où c'était délicat, puis à dépenser en isolation sachant que le secteur est tout aussi délicat, puis en sanction pour ces deux raisons évoquées.

Bref, l'argent des autres, géré par des incapables inconscients, reste la marque de prestige de gens n'ayant que ça à foutre.

Si l'argent public était dépensé pour le public tel qu'il y est normalement dédié, ça se saurait.

Mais ce n'est pas spécifique à un homme ou à un parti politique, ce sont tous les partis politiques qui fonctionnent comme ça et tous les hommes (ou femmes) avides de notoriété qui s'en gobergent.

Les briançonnais vont devoir encore passer à la caisse pour payer de grasses indemnités à quelques riverains et peut-être pour isoler encore plus ces installations douteuses.

Eventuellement prévoir un démantèlement pour installations ailleurs, toujours à des coûts pharaoniques.

Les contribuables de briançon apprécieront.

 

Politique et Briançon, vite fait ce 29 03 2017

La politique.

L'avidité fait écrire n'importe quoi.

La course à la place, donc à la notoriété et tout ce qui en découle, avantages, finances faciles, passe-droits et autres, rend nerveux, on peut constater que dans les échanges actuels, qu'ils soient nationaux ou locaux, est occultée la notion de retour politique, c'est à dire la base de cette politique qui est de s'occuper du peuple.

Depuis des mois ce ne sont plus que des joutes acerbes, des échanges de menaces, des engagements de procédures, tout ce petit monde fonctionne comme si la population n'existait plus, sauf pour aller voter.

On incline dons vers un fonctionnement qui permettrait de mettre en place non pas quelqu'un capable de travailler pour la population, mais seulement capable de battre ses adversaires juste sur des questions de droits.

La dérive d'une société.

Les alliances contre nature des différents partis politiques, incapables de faire un score honorable en solitaire en dehors du FN, détruisent le paysage politique français, juste la course pour faire élire celui qui a promis un poste au gouvernement ou une place administrative d'Etat qui met à l'abri des nécessités que subis le peuple.

Un monde à l'envers.

A suivre donc.

A très bientôt pour une suite.

Bonne journée à tous.

 

Publié dans Revues de presse

Commenter cet article