Contrats saisonniers, une arnaque d'Etat !

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

 

Le patronat, qui se plaint toujours, sanctionne les salariés précaires.

 

L'Etat avalise encore et toujours.

 

Contrats saisonniers, une arnaque d'Etat !
Contrats saisonniers, une arnaque d'Etat !

Un CDD (Contrat à durée Déterminée)

 

Permet au salarié de ne pas trop se retrouver en difficulté à la fin du contrat de travail, c'est une sorte de "matelas" financier qui compense la précarité de l'emploi par une prime spécifique calculée sur le dixième des sommes gagnées, y compris les heures supplémentaires.

 

Cette prime s'ajoute aux indemnités de congés payés ayant pour valeur deux jours par mois, en gros environ dix pour cent du salaire de base.

 

Malheureusement la législation du travail très complexe n'est pas égalitaire, certains secteurs sont très défavorables à certains salariés.

 

Contrats saisonniers, une arnaque d'Etat !
Contrats saisonniers, une arnaque d'Etat !

Contrat saisonnier.

 

Les secteurs qui emploient le plus de saisonnier restent la restauration et le tourisme.

 

Mais pas seulement.

 

En fait, ce contrat à large éventail permet à de nombreuses entreprises et établissements d'embaucher des salariés précaires au moindre coût, surtout sachant que la presque totalité des saisonniers sont payés au SMIC puisque ne pouvant prétendre à ancienneté et ne pouvant justifier d'un "professionnalisme" pourtant réel pour beaucoup.

 

C'est de l'arnaque officielle d'Etat.

 

Les indemnités de chômage sont calculées sur les salaires des douze derniers mois mais ces dispositions sont en permanence manipulées.

 

Les établissement qui embauchent pour faire face à une période de suractivité usent et abusent donc de ces contrats saisonniers alors qu'ils devraient appliquer le contrat CDD, c'est tout bénéfice pour l'établissement et pour l'Etat qui ne rémunère le chômage que sur des bases très modiques.

 

Le baisé c'est le salarié, comme d'habitude.

 

Comment s'étonner qu'il y ait autant de chômeurs !

 

Contrats saisonniers, une arnaque d'Etat !
Contrats saisonniers, une arnaque d'Etat !

Contrat de travail.

 

La presque totalité des établissements qui emploient des saisonnier établissent un contrat de travail conforme au code du travail, sauf que !

 

En restauration les dépassement d'heures de travail sont incontournables, un employé ne va pas quitter son travail dès que l'heure est arrivée, on n'est pas au bureau.

 

Les heures supplémentaires ainsi réalisées sont très souvent payées de la main à la main en liquidités, en restauration c'est absolument incontrôlable, dans le secteurs des bars et cafetiers c'est la même chose, les sommes en liquidité sont la presque totalité des paiements, il est très simple de servir une boisson sans l'enregistrer comme ce devrait être le cas (En Italie la délivrance d'un ticket-reçu est obligatoire et très surveillé).

 

Cette "caisse noire" permet de rémunérer les employés saisonniers en monnaie, si ça donne l'illusion de gagner plus c'est le piège dans plusieurs domaines.

 

Le premier, donc, c'est le calcul des indemnités de chômage, le second ce sont des heures non comptabilisées par la "Sécu" donc minimisant les points retraite, sur des dizaines d'années c'est important, enfin c'est un critère défavorisant pour l'obtention d'un appartement, pas une agence de location acceptera de louer sur des hypothétiques revenus en numéraires.

 

C'est valable aussi pour un dossier de crédit à la consommation, le saisonnier qui voudra s'acheter une voiture ou de l'électro-ménager se verra refuser un prêt du fait d'un salaire trop faible alors qu'en réalité il gagne plus que ce qui est sur le bulletin de paye.

 

Les patrons sont gagnants sur toute la ligne, moins d'URSSAF à payer, pas de recettes à déclarer grâce aux "caisses noires", de l'argent transparent sorti de cette caisse noire sans passer par l'enregistrement, en restauration et bars c'est le pactole.

 

Un de mes fils, employé depuis des années par le même restaurateur, s'est vu délivrer des bulletins de salaire de 750,00 Euros pour 45 heures de travail hebdomadaire réelles, une bonne part des rémunération se faisant en liquidité, un jeune salarié est piégé par ces pratiques, résultat, allocations chômage ridicules, points retraites tout aussi ridicules, la jeunesse s'exploite de manque d'information et surtout du chantage à l'emploi, c'est ça ou crever.

 

Une forme d'esclavage moderne avalisée par l'Etat pas trop pressé de réglementer ces pratiques très répandues, les Prudhommes le savent mais comme ils sont en partie constitués par des "patrons magistrats" ça passe souvent.

 

Contrats saisonniers, une arnaque d'Etat !

Comment s'étonner ?

 

Que l'absentéisme soit aussi important.

 

Un salarié qui se voit "privé" des salaires auxquels il a droit n'a pas trop envie de se défoncer au boulot, les mauvais patrons font les mauvais employés, le système permet donc de pouvoir percevoir des indemnités de maladie alors que ce n'est pas toujours justifié, si c'est répréhensible on peut aussi comprendre le rejet du travail par certains salariés exploités au moindre coût.

 

La complémentaire santé obligatoire couvre, pour certains, ce déficit salarial mais c'est aussi une pratique qui devient perturbante pour les salariés.

 

Bon nombre de ces derniers possèdent une couverture maladie complémentaires à celle de la Sécu qui se défausse sur le privé pour compenser les excès de dépense, mais c'est une autre histoire.

 

De plus en plus d'entreprise optent pour la couverture obligatoire, bon nombre de salariés payent donc une double protection inutile, c'est aussi une forme d'arnaque, les compagnies d'assurances qui pratiquent ces "obligations" en tirent de substentiels bénéfices.

 

En finalité, ceux qui ne travaillent pas sont plus avantagés que ceux qui bossent dans ces conditions d'exploitation.

 

Demain, une autre page.

 

Bonne journée à tous.

 

 

  Pour me rejoindre, continuer à me suivre et partager ce blog,

inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. 

 

Commenter cet article