Briançon, ville sacrifiée

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Ne pas se fier aux apparences

Briançon, ville sacrifiée

Une image symbole.

 

La Collégiale, par n'importe quel temps elle en impose.

 

Briançon, ville sacrifiée

Récent ancien emplacement des cars.

 

Le plan de rénovation de ce quartier, très controversé bien que d'une belle réalisation, ne répondant pas réellement à la demande locale de la vieille ville mais aérant le quartier, incluait donc un emplacement pour permettre aux cars de tourismes et aux cars de lignes de pouvoir déposer des clients en toute sécurité.

 

Squatté dès le début à des fins personnelles par quelques "privilégiés" locaux il a été purement et simplement déclassé.

 

On y trouve donc des véhicules particuliers, souvent plusieurs jours de rang, et, très étonnant, au stationnement classé "zone bleue", une exception dans cette ville si avide de stationnement payants.

 

Peut-être la seule "zone bleue" de toute la ville si ma mémoire ne me fait pas défaut.

 

Ces "zones bleues" qu'on aurait bien aimé avoir à proximité des commerces de Sainte Catherine et à la place du stationnement payant du Champ de Mars, une des raisons de la désafection touristique de la vieille ville qui a aussi d'autres causes de désaffection.

 

Briançon, ville sacrifiée

Un tracé interrogateur.

 

Savoir pourquoi on a choisi cet emplacement, juste devant un restaurant "rapide", qui a l'inconvénient insécuritaire de réduire les voies de circulation et d'occulter la visibilité pour les automobilistes.

 

Y aurait-il accointance entre Mr le Maire et quelques intérêts particulier pour "X" commerces ?

 

On peu se poser la question, ce subit abandon d'un emplacement sécuritaire conçu exprès pour çà au profit d'un stationnement "gratuit" pour trois malheureuses voitures laisse envisager un clientélisme non dénué d'intérêts.

 

Il est aussi possible de comprendre que les obédiences politiques de certains les désavantagent par rapport à d'autres qui lèchent bien là où il faut quand il faut.

 

Briançon, ville sacrifiée

La vue sur le fort des Trois Têtes....

 

....En est peut-être la raison !

 

J'en doute, on voit ces monuments de partout sur le Champ de Mars.

 

Briançon, ville sacrifiée

Rentrant en vieille ville.

 

Par la porte de Pignerol ou la porte Dauphine.

 
Briançon, ville sacrifiée

La pension des Remparts.

 

A rouvert après les congés annuels, hôtel sympathique à très bons prix.

Briançon, ville sacrifiée

On emprunte la Grande Gargouille.

 

Déserte à ces heures mais c'est souvent le cas à d'autres heures, on ne peut attirer les touristes matinaux en n'ouvrant les commerces qu'à 10h00 du matin, voire 10h30/11h00 pour certains, ceux qui ferment à 17h00.

 

Une autre raison de la désaffection touristique mais il ne faut pas le dire, ça fâche les commerces concernés, nombreux.

 

Briançon, ville sacrifiée

Il reste les monuments historiques.

 

Qui se veulent attirants en étant repoussants.

 

Cette façade a été "remise" en état il n'y a pas très longtemps, savoir par quelle entreprise et à quel prix, la restauration accuse de très nettes déficiences de résistance aux intempéries.

 

Les lamentables "coulures" des enduits et peintures en témoignent.

 

Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée

En 2008.

 

Il avait été prévu de remettre des statuts dans ces emplacements prévus en ce sens, il est vrai que c'était une proposition de la droite, Maire Mr Alain Bayrou qui était soucieux de cette Collégiale.

 

La gauche actuelle, par définition anticléricale, s'en voudrait certainement de se conformer à l'histoire chrétienne millénaire de la France pour aller en ce sens.

 

Les Lions, bases des colonnes de l'ancienne église détruite qui se trouvait à l'emplacement de l'actuel cimetière du Champ de Mars, ont été rentrés à l'intérieur.

 

Savoir si c'est pour les protéger du vandalisme ou pour les retirer des regards des touristes.

 

Savoir même si c'est une décision municipale ou du clergé qui est en pleine décadence.

 

Briançon, ville sacrifiée

La fontaine de la place du Temple.

 

En face de l'office du tourisme qui ne déborde pas de visiteurs.

 

Ce mur de la Collégiale est dans le même état depuis une dizaine d'années sans que personne ne prenne la responsabilité de le remettre en état. (Voir mes photos des pages sur le sujet dans ce blog et dans le précédent  http://francois.ihuel05.over-blog.fr/ )

 

Ça me fait bien marrer les visites guidées avec force explications diverses, les touristes ne sont pas des débiles, s'ils apprécient l'histoire ils doivent aussi se poser quelques questions sur la gestion des monuments historiques de la ville.

 

Ces derniers ne sont pas une priorité, ce qui se concevrait si des finances n'étaient pas gaspillées en conneries socialistes à la gloire d'un parti en déconfiture, la parade de Mr le Maire passe avant l'image de la ville.

 

Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée

Au-dessus du porche.

 

Des dégradations récentes, la fraicheur des cassures en témoignent.

 

Briançon, ville sacrifiée

Quand je mets récentes c'est à l'échelle de la collégiale.

 

Ces dégradations ont quelques années.

 

Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée

Pluies acides ?

 

Le calcaire est soluble à certains acides, y compris ceux que contient l'eau, la pollution y est aussi pour beaucoup, les gaz d'échappement et les fumées de chauffage en constituent une grande partie.

 

Quand je descends la "Chaussée" l'air est loin d'être pur, on y respire la même merde qu'aux abords des boulevards périphériques parisiens, la pollution n'est pas l'exclusivité des grandes villes.

 

C'est ce que prennent dans les poumons les milliers d'enfants scolarisés qui empruntent cette rue de la République, bien entendu aux heures les plus intenses de circulation.

 

Il y a des solutions mais pour çà il faut des couilles et de la volonté, ce que n'ont pas les membres de la municipalité actuelle, ils n'ont que de la gueule et des pouvoirs mal utilisés.

 

Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée

On rafistole au ciment.

 

Sans tenir compte des particularités du monument.

 

Bien sûr c'est un cout, mais quand on constate le gaspillage financier de la ville pour d'autres choses superflues on se dit qu'il y a un gros malaise quelque part, dans la gestion des finances notamment.

 

Briançon, ville sacrifiée

Il y a aussi....

 

....Les dégradations écologiques des écologistes politiques.

 

Ceux qui ne veulent pas de ligne à haute tension mais qui dénoncent les conséquences de ce qui est censé les remplacer.

 

Ces murs privés ont été rénovés il y a quelques mois, la connerie écologique qui "puni" les propriétaires je doute que ce soit pour les inciter à penser écologie.

 

Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée

Le Vautisse et le Rochelaire se cachent.

 

Au-delà de Briançon les montagnes continuent, de la méditerranée à la Slovénie en passant par l'Italie, la Suisse et l'Autriche nous ne sommes qu'un minuscule point dans cette chaine de plus d'un millier de kilomètres.

 

Une ville "insignifiante" dans un cadre grandiose, une ville qu'on est absolument incapable de mettre en valeur alors qu'elle en possède le potentiel.

 

Briançon, ville sacrifiée

Mettre une ville en valeur.

 

Ce n'est pas construire et construire et construire à tort et à travers, l'avidité des finances occulte le patrimoine et détruit l'esprit montagnard de la ville.

 

Sans rester rétrograde il faut savoir moduler et réaliser que les visiteurs ne viennent pas chercher confort et prestations mais dépaysement et tranquillité, le bétonnage est l'inverse de ce qu'il faut faire pour rester une ville attractive.

 

En ce sens, la délivrance de permis de construire devrait prendre en compte la spécificité de notre environnement.

 

Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée

Les établissements scolaires.

 

Le lycée et le collège Vauban.

 

Accueillent les élèves de Briançon et des vallées de la Guisane, de la Clarée, de la Ceyrverette et des villages perchés entre 1500 et 1900 mètres.

 

La démographie galopante a ses nécessités et ses causes.

 

Les résidences du briançonnais sont beaucoup axées sur le tourisme, le bétonnage de la vallée de la Guisane, voulu par Mr Fardella, communiste en charge de la présidence de la CCB et maire de Villeneuve la Salle (Communauté de Communes du Briançonnais) a l'effet inverse de ce qu'il prétend vouloir, je discute souvent avec les touristes, ils sont de plus en plus nombreux à fuir cet environnement qui va ressembler à celui qu'ils quittent quelques jours par an pour se changer les idées.

 

Bien que les professionnels de Serre Chevalier se veuillent rassurants en faisant la promotion de ce qui se détruit, la fréquentation touristique a très nettement baissée ces dernières années, non pas à cause de la seule conjoncture économique mais surtout à cause de la mauvaise gestion de la CCB et l'augmentation excessive des tarifs qui, pour faire du fric par dessus tout, sacrifie l'environnement que les touristes sont venus chercher.

 

Je dis Mr Fardella mais c'est aussi valable pour la droite qui veut construire et construire des fronts de neige, des pistes et autres, fort de ses clients commerçants de la glisse qui rapporte, du moins qui devrait rapporter si les touristes viennent.

 

Construire pour détruire, on construit pour recevoir de plus en plus de touristes qui viennent de moins en moins justement à cause de ces constructions.

 

Alors bien sûr quand j'en parle avec certains commerçants que je connais ils s'insurgent de mes déductions mais sont bien obligés de reconnaitre que ce que je dis est fondé.

 

Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée

Il y a aussi le sabordage.

 

La ville, à grands frais, tente de redonner à la vieille ville un semblant de propreté, ce n'est pas moi qui m'y opposerait mais je doute qu'on obtienne des résultats positifs en tolérant le négatif.

 

Insoluble avec une gestion aussi désastreuse.

 

Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée

Pourtant le potentiel est là.

 

Le voient-ils au moins les "décideurs" trop habitués de ce magnifique environnement qu'ils ignorent ?

 

Briançon, ville sacrifiée

Pas plus que les touristes....

 

....Ne voient les panneaux ou s'exonèrent totalement de la réglementation.

 

On va me dire c'est les vacances.

 

D'accord, la signalisation est donc en vacances mais comme en période scolaire c'est exactement la même chose on doit confondre vacances scolaires et période de vacance, la vacance de la discipline qui est la base de tout.

 

Briançon, ville sacrifiée

Alors autant en profiter....

 

....Pour se garer devant les écoles.

 

Le stationnement en lui-même n'est pas gênant dans le contexte, juste se dire que les polluants qui suintent des voitures resteront jusqu'à la rentrée scolaire, pour que les enfants emportent à la maison ces résidus d'huiles moteur collées aux chaussures, la moquette appréciera.

 

Ce qui est lamentable c'est qu'aucun automobiliste qui enfreint la réglementation se pose la question de savoir pourquoi il y en a une.

 

Savoir si en Allemagne il y a des écoles et si les allemands se garent aussi devant, ce peuple discipliné qui se dégrade aussi.

 

C'est bien çà qui est grave.

 

Briançon, ville sacrifiée

Pourtant je note.

 

Les nouveaux escaliers de la porte d'Embrun tiennent compte des mouvements géologiques, pas de ciment et des jointoiements pour éviter la casse.

 

Bien vu.

 

Briançon, ville sacrifiée

Une des décharges sauvages de la ville.

 

Il n'y a pas que place Vauban ou Dauphine.

 

Presque en face du commissariat de police.

 

Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée
Briançon, ville sacrifiée

Un jour peut-être.

 

La ville créera un trottoir au dessus de cet espace perdu, pour peu qu'on puisse raser le petit bâtiment pourri et inutile plus au-dessus et on aura la continuité d'un trottoir acceptable.

 

On ne verra plus la merde qui jonche en contrebas, merde que personne ne ramasse jamais et qui pourrit là au fils des mois qui passent.

 

A défaut de nettoyer on pourra cacher, une institution de presque toutes les villes de France.

 

Briançon, ville sacrifiée au profit de la notoriété politique.

 

A très bientôt pour une page politique.

 

Bonne soirée à tous.

 

Pour continuer à me suivre, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau

droit du blog. 

Commenter cet article