Quel gâchis

Publié le par francois.ihuel15.over-blog.fr

Quel gâchis

Image estivale de nos bords de route.

 

Là où beaucoup considèrent la nature d'une façon autre que ce qu'ils considéreraient pour chez eux.

 

Insoluble.

 

Quel gâchis
Quel gâchis

Des efforts sacrifiés.

 

S'il faut laisser à l'actuelle municipalité de quoi redorer un peu ce qui a été assombri, on peut y mettre ces réfections.

 

Certes, on reste toujours dans les travaux puzzles, on petit peu par-ci, un petit peu par-là mais au moins c'est plus agréable et fonctionnel, la municipalité a fait de gros efforts en ce sens.

 

Il est juste regrettable que les défauts chroniques des riverains saccagent ces efforts pour le tourisme.

 

Il y a peu, sur le journal, une brochette de commerçants s'est mise en avant pour justifier les difficultés de mise aux normes dans la vieille ville, je constate aussi, souvent, que certains d'entre eux ne sont pas trop coopératifs concernant l'accueil du tourisme, ne serait qu'en favorisant l'image de cette vieille ville.

 

Le stationnement anarchique en est le plus gros problème sachant que pratiquement tous se garent en vieille ville au détriment des touristes, puisque le stationnement payant en vieille ville l'est uniquement pour ne pas pouvoir s'y mettre.

 

L'auberge de la Paix disposait de places réservées face à la Collégiale côté Sud, la rénovation a inhibé ces places.

 

Il y a de plus en plus de véhicules utilitaires à la journée, y compris le dimanche, quel gâchis pour l'environnement visuel.

 

Est-ce une raison pour justifier d'une raison sociale afin d'exonérer les clients des règles basiques ?

 

je ne crois pas mais c'est pourtant ce qui se passe.

 

l'auto-autorisation est très courante chez nous.

 

Quel gâchis
Quel gâchis

Quoi dire.

 

Je suis touriste aussi, à mes heures, je fuis tout ce qui peut venir ternir une image.

 

Quel genre de souvenir vont emporter les touristes, un parc à voiture ou une ville dans un environnement exceptionnel !

 

A bientôt pour autre chose.

 

Pour continuer à me suivre, inscrivez-vous à la newsletter, bandeau droit du blog. 

Commenter cet article